L’Obélisque de la Concorde

      De nos jours, un superbe obélisque égyptien trône au centre de la place de la Concorde à Paris. Comment est-il arrivé là? Pour voir cela remontons le temps…

À l’origine, deux obélisques

Grande entrée du temple d’Amon à Louxor en 1800 avec ses 2 obélisques. Aquarelle de François-Charles Cécile, musée du Louvre.

      Il faut revenir au Nouvel Empire et plus précisément sous le règne du célèbre Ramsès II aux environs du XIIIe avant notre ère. Le pharaon bâtisseur enrichira le site du grand pylône entre autres et de deux monumentaux obélisques. Ceux-ci furent taillés dans une carrière de granit rose près d’Assouan par une centaine d’ouvriers. Il leur faudra tout de même sept mois pour y parvenir tant cette pierre est dense, ainsi qu’aux dimensions exceptionnelles des obélisques mesurant tout de même 22 mètres pour pas moins de 230 tonnes chacun.

L’obélisque de la Concorde, suite

Une fois le travail de taille accompli, les deux obélisques furent trainés jusqu’au Nil pour ensuite être acheminés par bateaux jusqu’à Thèbes. Puis une fois arrivés sur le site du temple d’Amon, ils furent gravés de textes religieux et d’éloges au pharaon. Enfin, par une technique astucieuse consistant à hisser un obélisque sur une rampe et en le faisant pivoter en enlevant du sable, le placement des obélisques monumentaux s’opère. Ceux-ci sont positionnés sur un socle orné de statues de babouins ayant les mains dirigées vers le ciel en hommage au dieu Rê.

Leur rôle divin

Zoom sur l’obélisque de la Concorde

      Les obélisques sont un trait d’union entre le monde terrestre et le ciel, divin. Leur sommet, en pyramidion était fait en électrum, un alliage d’or et d’argent. Celui-ci brillait de mille feux, il renvoyait les rayons du dieu soleil Râ. Ainsi les forces cosmiques étaient aussi diffusées sur terre aux Égyptiens. Le pharaon en était l’incarnation vivante et les temples leur magnificence.

L’obélisque de la Concorde

      Revenons en maintenant à l’obélisque de la place de la Concorde, il fut offert avec son jumeaux à la France en 1830 par le Wali d’Égypte, le vice-roi Méhémet Ali. C’est Jean-François Champollion en personne qui est chargé par le vice-roi de choisir le premier des deux obélisques qui devait rejoindre la France. Champollion choisit «le plus occidental», celui de droite. Mais en définitive, un seul fut ramener par les Français. Son acheminement fut difficile et délicat. Cependant l’ingénieur chargé de superviser les opérations, Apollinaire Lebas surmontera toutes les difficultés.

Grande entrée du temple d’Amon à Louxor, Égypte.

Pour cela il utilisa un grand navire à fond plat pour réussir ce défi, le Louxor, commandé par Raymond de Verninac Saint-Maur. Ainsi le navire put naviguer de Thèbes jusqu’à Paris, astucieux! Ce navire original fut construit à Toulon. Pendant ce temps une vaste équipe de 150 ouvriers aguerris et qualifiés fut envoyée en Égypte en 1831. Ainsi le monumental obélisque fut couché et entouré d’un coffrage de bois. Le trajet jusqu’à Paris dura tout de même 32 mois. Puis 3 années supplémentaire seront nécessaires pour ériger à nouveau l’obélisque de Louxor. Pour cet évènement exceptionnel, 200 000 personnes se presseront le 25 octobre 1836 pour son inauguration officielle. De plus, l’obélisque de la Concorde est classé au titre des monuments historiques dès 1937.

Parcourez également notre rubrique dédiée:

Focus sur l’Égypte ancienne


À découvrir également sur le site HCA:

CARTE DE L’ÉGYPTE ET DES SITES ANTIQUES PRINCIPAUX

Histoire et civilisations anciennes, le site


Author: Patte2chat